CREATE ACCOUNT

*

*

*

*

*

*

FORGOT YOUR PASSWORD?

*

CONTACTEZ NOUS

Le marché publicitaire marocain en 2011 : spécificités et opportunités

Le marché publicitaire marocain a renoué avec l’incertitude en 2011 après avoir pourtant connu une nette reprise en 2010. Avec 4.3 milliards de dirhams, le montant total des investissements média affiche un léger recul de -0.4% principalement du à la forte baisse des recettes de la publicité télévisée.

Dans ce contexte, une mise en perspective avec les chiffres français permet de mieux cerner les spécificités du marché publicitaire marocain ainsi que les opportunités qui s’offrent aux annonceurs sur des médias encore sous-exploités comme l’internet, le mobile ou le cinéma.

Part des médias dans les marchés publicitaires marocains et français en 2011

La télévision, dépendante des grands annonceurs

ALe marché publicitaire marocain en 2011 : spécificités et opportunitésvec un tiers des dépenses publicitaires et une puissance de frappe sans égale, la télévision est de loin le média le plus prisé des annonceurs marocains tout en restant très dépendante d’un petit nombre d’annonceurs. Aujourd’hui on estime que ce sont environ 150 annonceurs, principalement issus des télécommunications, de l’alimentaire et des produits d’hygiène et d’entretien, qui font l’essentiel du marché de la publicité TV au Maroc. En 2011 ces grands annonceurs ont globalement cherché à contenir leurs budgets publicitaires ce qui a directement impacté les recettes publicitaires des chaînes télé qui ont reculé de -11% par rapport à 2010.

Les radios, la montée en puissance

Avec 18% des dépenses publicitaires et une progression de 15.8% par rapport 2010, la radio est aujourd’hui un support très sollicité par les annonceurs marocains. Son succès ne se dément plus depuis la libéralisation des ondes en 2005 et l’apparition de nouvelles stations de radio privées qui sont devenues très populaires. Toutefois la comparaison avec la France, où le média radio bien que très populaire ne représente que 6% des investissements médias, amène à se demander si les annonceurs marocains ne sur-investissent pas en radio. Car même si la radio est un média très réactif, peu coûteux et particulièrement efficace pour faire de la « réclame », c’est en contrepartie un média relativement pauvre si l’on veut faconner une image de marque qualitative. Il n’est donc pas improbable que l’on assiste dans les années à venir à un rééquilibrage à la baisse des dépenses publicitaires en radio.

 L’affichage, valeur refuge

L’affichage au Maroc se porte bien avec 23% des recettes publicitaires en 2011, et une progression de +8.2% par rapport à 2010. Il a clairement bénéficié d’un effet report de la part des gros annonceurs qui face à la contraction des budgets pub ont dû privilégier des supports moins coûteux. Mais il a aussi profité de l’arrivée de nouvelles enseignes de distribution (H&M, Gap, Fnac…) qui ont trouvé dans l’affichage un support à la fois puissant et localisé, idéal pour annoncer l’ouverture d’un point de vente.

La presse, incontournable

La presse se stabilise à 25% des dépenses publicitaires alors même que l’on pouvait s’attendre à une hausse étant donné l’élargissement du nombre de supports et la montée en puissance de la presse arabophone. On peut penser que les annonceurs attendent de confirmer la pérennité et l’audience de ces nouveaux titres avant d’y investir massivement en publicité.

Internet, des opportunités inexploitées

Comme je l’ai déjà évoqué dans mon article de la semaine dernière /Internet-le média oublié du marché publicitaire marocain/   le média internet est aujourd’hui sous exploité au Maroc avec seulement 1.7% des dépenses publicitaires en 2011, ce qui ouvre de belles opportunités aux annonceurs les plus audacieux.

La pub sur mobile, un nouveau territoire à explorer

L’explosion des ventes de smartphones et tablettes, tirées par les offres des opérateurs marocains, devrait pousser les annonceurs à s’intéresser de plus près à la publicité sur mobile. La tendance française devrait les encourager sur cette voie car les recettes publicitaires sur mobile (display sur l’internet mobile, sur les applications mobiles et sur tablette) atteignaient déjà 16 millions € au premier semestre 2011 avec une progression de +44% par rapport à 2010.

La publicité en cinémascope

Il n’existe actuellement aucuns chiffres concernant la publicité au cinéma qui est marginalisée par le tout petit nombre de salles en activité au Maroc. En France le cinéma reste marginal avec moins de 1% des dépenses publicitaires, mais il est fréquemment utilisé en complément de la télévision pour sa qualité d’impact exceptionnelle et la possibilité qu’il offre de diffuser des formats long (cf la pub Dior J’adore qui passe actuellement au cinéma en version longue de 1min30s). Si le Maroc venait à retrouver une dynamique dans l’ouverture de nouvelles salles, entre autre au sein des nouveaux malls qui doivent soigner leur offre de loisir, cela pourrait amener certains annonceurs à augmenter progressivement leurs budgets alloués au cinéma.

RDV fin 2012 pour voir de quelle manière les annonceurs auront profité des nombreuses opportunités offertes par le marché publicitaire marocain.

CONTACTEZ-NOUS

N'hésiter pas à me contacter pour tout renseignement ou demande spécifique, Nous offrons un panel de services complet pour satisfaire au mieux nos clients... du moins on essaye !

VALORISEZ VOTRE ACTIVITÉ ... ! !

Modernisez votre visibilité sur internet, pour un e-marketing dynamique qui augmente vos contacts qualifiés ...et améliorez vos ventes !

MONTEZ VOTRE SAVOIR-FAIRE

Un tarif unique avec toutes les options incluses : création du site, référencement SEO/SEA/SEM, Emailing, SMS, Hébergement ,Maintenance, B2B, Média & Logiciels ....

Contactez-nous en Formulaire ligne Réponse sous 48H

CONTACTEZ-NOUS

 

NOS PARTENAIRES

TOP